lundi 1 septembre 2014

Adriatlantique 2014 J - 10 -

J10
Bonjour les amis
Je suis à Brig, carte 27, km1264. C'est en Suisse mais j'ai refait un passage par l'Italie.
1324-1264=60km
Depuis Venise: 1833-1264=569km=56,9km/j.
J'ai fait plaisir à Raoul. Je lui ai changé un pneu, la chambre à air et ajouté un fond de jante. Même en pompant souvent il était toujours à plat, plus que moi.
Mais surtout, après avoir passé un moment très agréable au café "Bar Centro" à Varsovie, avec patron et clients, j'ai franchi le col du Simplon. Montée avec un très fort vent de face, suffisant pour que je ne sois pas mouillé par la petite pluie. Je suis arrivé  au sommet à 4h du matin, à 2005m.
J'ai dormi gratis à l'hôtel, sous les fenêtres des autres.
À mon réveil les sommets alentour étaient enneigés à partir de 2200m environ. J'ai eu chaud, mais, Oops, froid dans mon duvet.
Citation: Vouloir écarter de sa route toute souffrance, signifie se soustraire à une part essentielle de la vie humaine  (konrad Lorenz)
Allez Lucien !!!
humaine. (Konrad Lorenz). 

6 commentaires:

  1. Bravo! Si tu vois Kilian Jornet dans le coin, tu le salues de ma part? Gwéno.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a facilement rattrapé dans la côte.
      Et m'a immédiatement de tes nouvelles. Il était très content de savoir que tu courais toujours.

      Supprimer
  2. Pascale et Didier1 septembre 2014 à 23:40

    Varsovie ? Ah bon... Je situais pas ça par là moi !
    Merci pour Raoul ! Tu vas enfin arrêter de faire le shadok !

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas tu ne manques pas d'air et tu as pu en donner à Raoul, ouf, on respire mieux. Quant à la chaleur : « L'air du matin est plein de frissons mystérieux que ne connaissent point les attardés du lit. » (Guy de Maupassant). Allez mon Lulu, assez bavardé il reste encore du chemin. Isa Michel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous vous chargez des citations c'est très bien. En plus, c'est du haut niveau.
      Moi, je n'en ai plus beaucoup dans mon escarcelle.

      Supprimer
    2. Heureusement il y a des gens attentifs qui vérifient.
      Curieusement, je viens de m'apercevoir que l'an dernier je m'étais déjà arrêté dans ce même bar "Centro" à Varso .
      Je n'ai reconnu personne mais c'était tout aussi sympa même si personne ne parlait ni le français ni l' anglais.
      Sans doute dans cette ville, tout le monde est sympa.

      Supprimer